Amel Bent déjantée, face à Fanny Sidney (Dix pour cent) très enceinte

Le festival CanneSéries bat son plein, même à la veille de la fin du festival. Pour la deuxième édition de la convention, les organisateurs avaient ressorti cet élément emblématique : un tapis rose, pour contraster avec l’iconique red carpet du Festival de Cannes. Si la compétition officielle s’est poursuivie, avec les projections de The Outbreak et Tarara, d’autres événements ont également pris place, à l’image d’un tournoi de pétanque organisé à l’initiative du maire de Cannes David Lisnard, qui était présent avec son épouse, la journaliste Jacqueline Pozzi. Les membres du jury – Baran Bo Odar, Miriam Leone, Emma Mackey et Katheryn Winnick – ont pu s’essayer au sport local.

Naturellement, les acteurs et teams respectifs des deux séries ont posé sur ce pink carpet : Viktoriya Isakova et Roman Kantor pour The Outbreak et le producteur Tim Van Alest, du réalisateur Wim Geudens et des acteurs Peter Van Den Begin, Geert Van Rampelberg, Lauren Versnick et Janne Desmet pour Tarara. D’autres personnalités étaient venues assurer la promotion de leur nouvelle série, à l’image d’Amel Bent, qui joue un homme dans Kings (Canal+) au côté de Ludivine Sagnier. Mika Tard, la productrice, la comédienne Melha Bedia, Sylvie Hoarau et Katia Lewkowicz étaient présentes avec la chanteuse.

Click Here: AFC Ajax soccer tracksuit

Fanny Sidney, qu’on connaît pour son rôle de stagiaire dans Dix pour cent (France 2), a dévoilé son adorable baby bump, en robe pailletée très courte. Jean-Marc Généreux était également présent, tout comme l’actrice norvégienne Josefine Frida Pettersen, Peyton List, Ilene Chaiken, Greg Garcia le président du jury courts métrages, Ezequiel Tronconi, Paula Carruega et Benoît Louvet, directeur général du festival.

La grande team du Studio Bagel était présente pour soutenir le nouveau projet d’Adrien Ménielle et Jérôme Niel, qui présentaient leur nouvelle série, Phantom Force. La youtubeuse Natoo était présente, au bras de Monsieur Poulpe. Le réalisateur François Descraques, à qui l’on doit le Visiteur du futur, était également présent.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *